« ACT UP'S BRIEF, SHINING MOMENT: a review of Deborah Gould's new history | Main | MUSLIM CLERICS DRIVE KENYA'S ANTI-GAY RIOTS »

February 13, 2010

PRESIDENT PALIN? THE NIGHTMARE... My latest column for BAKCHICH

My weekly columns for the feisty French political-investigative weekly BAKCHICH are no longer being posted on the magazine's daily web site, as my editors  want them exclusively to help promote the newly-relaunched and re-designed print edition. But so many online readers have written to say they miss these columns that from time to time I'll put the important ones up here on DIRELAND. Sorry, they're written in French, and I haven't time to translate them. Here's my latest column, which appears in this week's print edition of BAKCHICH:


Sarah_palin_makeup Vous vous dites qu'une écervelée comme Sarah Palin ne peut pas être élue présidente des États-Unis? Erreur !

Début février, Palin a fait un triomphe à la première convention nationale du Tea Party, le nouveau mouvement populiste de droite et anti-Washington qui revendique déjà 6 millions de militants, et dont elle est dorénavant la porte-parole. Les délégués ont scandé « Run, Sarah, Run ! » pour l'encourager à se présenter à la Maison Blanche en 2012. Et pour la première fois, l'éphémère gouverneur de l'Alaska a déclaré, en clair, « J'irai si c'est bon pour le pays ».

Déjà en tête des présidentiables républicains dans tous les sondages, Palin est favorite dans la course à la nomination pour une simple raison technique : les républicains utilisent le système du « winner take all» c'est-à-dire que dans chaque état le vainqueur aux voix rafle tous les délégués de cet état. Parmi trois ou quatre candidats, Palin pourrait aisément l'emporter avec 30% ou 35% des voix dans une primaire. C'est le cas de la Californie -où un tiers des électeurs s'identifie avec le Tea Party- ou de l'Ohio, où Palin finance les campagnes de ses candidats républicains locaux préférés. Ajoutez-y trois ou quatre gros états similaires, les plus petits états sudistes et ceux de la « Bible Belt » (la "ceinture de la Bible" de l'Amérique profonde où elle est archi-populaire), et elle sera la nominée des républicains.

Vous dites que contre Obama elle n'aura aucune chance ? Faux ! Car outre les candidats des deux grands partis, il est presque certain que Michael Bloomberg, le maire multimilliardaire de New York, sera lui-même en lice sur un ticket autonome. En 2008, il était prêt à déclarer sa candidature à la Maison Blanche, mais s'était désisté après le succès d'Obama auprès des électeurs indépendants.

Aujourd'hui la donne a changé : les indépendants désertent Obama en masse, et Bloomberg, conservateur du point de vue fiscal mais progressiste sur l'avortement ou le mariage gay, est en phase avec ces centristes. De plus, il n'est pas de la culture washingtonienne si honnie par la masse des électeurs, qui considèrent au contraire que Bloomberg est trop riche pour être corrompu, et aiment l'idée d'un entrepreneur à succès à la tête d'un pays en pleine crise économique. Bloomberg prendra davantage de voix à Obama qu'à Palin, et celle-ci pourrait être élue présidente avec 35% ou 40% des suffrages, un seuil à sa portée dans un pays de plus en plus à droite.

Obama sent venir l'incendie populiste : il a admis à la télévision qu'il pourrait n'avoir qu'un seul mandat. Palin présidente ? Le cauchemar pourrait bien devenir réalité…

 

Posted by Direland at 09:34 AM | Permalink

Comments

Post a comment